Le Réseau Séismologique de Yellowknife

Un centre de recherche séismologique, et la Surveillance d'Explosion Nucléaire

Sur cette page

Introduction

Le réseau sismique située près de Yellowknife dans les Territoires du Nord-Ouest a été créé en 1962, dans un accord de coopération entre le ministère des Mines et des Relevés techniques (aujourd'hui Ressources naturelles Canada) et l'Autorité britannique de l'énergie atomique (UKAEA), pour étudier la faisabilité de la détection télésismiques et l'identification des explosions nucléaires à l'aide de sismomètres dans plusieurs tableaux distribués. Depuis ce temps, le Réseau sismique de Yellowknife (YKA) a enregistré des dizaines de milliers d'événements sismiques à travers le monde, y compris la plupart des explosions nucléaires souterraines déclenchées par les États dotés d'armes nucléaires. Le réseau Yellowknife est le porte-étendard du Canada pour la recherche sur les tremblements de terre canadiens et mondiaux, et est la principale contribution de cette nation au système de surveillance international qui sera utilisé pour vérifier la conformité avec le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE).

Historique

Les premières négociations multilatérales sur un TICE a eu lieu à Genève en 1958. Ces négociations ont échoué parce que les experts ne s'entendent pas sur le système de surveillance qui serait utilisé pour vérifier la conformité avec l'interdiction des essais souterrains. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et un certain nombre d'autres pays ont immédiatement commencé des programmes de recherche sur la détection sismologique et l'identification des explosions nucléaires souterraines.

Le programme de recherche-Unis Royaume-Uni, exploité par l'UKAEA, a été consacrée à l'élaboration de réseaux sismologiques, qui agissent comme des antennes sismiques pour "affiner" en vibrations sismiques provenant de certaines parties de la Terre. Cela offre un réseaux avec la capacité d'améliorer la détection et à déterminer de façon indépendante l'emplacement d'un événement sismique. Quatre réseaux avec ouvertures de 25 km, conçus pour la détection optimale des événements sismiques à des distances entre 3.000 à 10.000 km, ont été installés par le Royaume-Uni en Écosse, en Australie, en Inde et au Canada (Yellowknife). Le Ministère des Mines et des Relevés techniques, le prédécesseur de RNCan, a reçu l'approbation du financement et du Cabinet pour faire fonctionner le réseau de Yellowknife comme un centre de recherche pour la vérification sismologique. Ce travail a continué au cours des 50 dernières années, et est actuellement menée dans le cadre du projet de surveillance d'explosion nucléaire de la Commission géologique du Canada.

En Janvier 1995, une version expérimentale du système actuel de surveillance sismique SSI a été mis en service. Le réseau séismique Yellowknife a été trouvé être l'un des plus sensibles de les 115 installations sismiques mondiales qui contribuent à ce système prototype, et donc en Août 1995, YKA a été choisi par le groupe d'experts conseillant le comité de négociation comme l'un des principaux composants de la réseau sismique du Système de surveillance international.

Historique de l'ensemble sismologique de Yellowknife

Le Réseau

La Carte du Réseau Séismologique de Yellowknife

Un sismographe ou un réseau sismologique est le plus sensible à des événements sismiques lointains si elle est située dans une zone qui est "sismiquement calme". Cela signifie souvent une zone situé loin de la côte lignes océaniques, dans un cadre géologique stable et autant que possible loin de sources humaines de bruit sismique, tels que la circulation des véhicules et du matériel lourd. Un site idéal a été trouvé en 1962 à la périphérie de la ville de Yellowknife, TN-O.

Le réseau Yellowknife sismique se compose actuellement de 19 capteurs sismiques de courte période, sous la forme d'une croix avec un espacement de 2,5 km entre sismomètres, ainsi que quatre sites de sismographe large bande avec des instruments capables de détecter une large gamme de fréquences d'ondes sismiques. La mesure en continu du mouvement du sol par ces capteurs est numérisé sur le site et transmis par des liaisons radio avec le centre de commande du réseau. Dans ce centre de contrôle, les données sont stockées sur deux disques optiques permanents des archives et transmise par un lien satellite Anik dédié au Laboratoire de sismologie à Ottawa. À Ottawa, les ordinateurs surveiller en permanence la recherche flux de données entrantes pour des signaux indicatifs d'événements sismiques lointains. Lorsque ces signaux sont détectés, le traitement de la matrice de données en série permet un temps d'occurrence, une grandeur sismique et une localisation géographique attribué à l'événement. Avec des retards de temps très petits en raison de la transmission de données et de proces informatique, le personnel dans le projet de surveillance des explosions nucléaires ont acces aux détails d'événements sismiques lointains en quelques minutes de leur détection par le réseau. Pour soutenir le développement du système de surveillance international (SSI), les données continu à partir du réseau Yellowknife (YKA) et les postes sismiques simples ULM et SCHQ sont transmis à temps quasi-réel au Centre international de données (CID) à Vienne dans le cadre du réseau sismique primaire du Système de surveillance international.

L'image Areal de l'observatoire sismique

Bâtiment centrale de l'installations de l'observatoire sismique de Yellowknife, près de Yellowknife, TN-O.

L'image Areal de installation d'un composant du réseau sismique Yellowknife

Un poste à courte période typique du réseau sismique de Yellowknife. Les instruments sont logés dans un coffre-fort en acier résistant aux intempéries dans le substratum rocheux et des données sismiques recueillies sont communiquées à l'observatoire via radio.

Image angle élevé d'une installation d'un composant du réseau Yellowknife

Un poste à large bande typique du réseau sismique de Yellowknife. Les instruments sont logés dans un tunnel creusé dans la roche et toutes les données sismiques recueillies sont communiquées à l'observatoire via radio.